Petits mots pour Bruno

Le 21 août 2014, l'effondrement d'une vire a emporté Bruno alors qu'il sécurisait dans le cadre de son travail la via ferrata de Crolles. Notre peine est profonde, il a été une locomotive pour Breda Roc dès le début, une force de la nature qu'on imaginait invincible, toujours le sourire, disponible et le cœur sur la main, il nous manquera énormément.
Beaucoup de ses amis du club ont émis le souhait de pouvoir lui rendre hommage, et plutot que de relayer ces mots par mail, nous avons préférer lui dédier cet espace.
Si vous souhaitez vous aussi laisser un mot pour Bruno et sa famille, merci de nous envoyer votre texte à "contact@bredaroc.fr", nous l'ajouterons ci-dessous.

Bruno,
J'ai eu la chance, l'immense chance de partager une belle tranche de ta vie.
Lors de notre rencontre à un relai de Presles, j'ai été immédiatement séduite par ta personnalité, ton humour.
Amoureux des montagnes, des fleurs, des papillons, jamais vraiment rasé, toujours discret, tu arrivais avec ton topo des Grenoble dans les mains. Toutes les cotations ou presque étaient décotées.
Tu avais toujours milles projets en tête. Alors nous avons empilés les longueurs en France et à l'étranger.
Lorsque tu avais un projet d'ouverture, tes yeux brillaient encore plu intensément comme un gamin qui prépare un mauvais coup. Les rochers du midi et les gillardes sont devenus notre jardin.
En 2000 nous nous installons à Allevard.
Travailleur infatigable, ingénieux tu transformes notre bicoque en une maison accueillante, rassurante.
L'arrivée de Chloé, Louise et Capucine nous rend profondément heureux. Tu te révèles être un papa extraordinaire.
La maladie de Capucine bouscule notre vie. Qu'importe, tu gardes le cap.
Pour elle tu deviens pilote de tandem ski, de fauteuil tout terrain.
Excellent manuel, tu réalises unejoelette avec notre fidèle ami Éric.
Ta force porte Capucine qui dépasse un pronostic sombre et devient une petite fille rayonnante.
Dans ton sillage, nous sommes toujours dans le partage, le souci de l'autre.
J'aimais nous surnommer le club des 5 mais tu préférais nous associer au 5 doigts de la main.
Continuer sur la route que tu as dessinée sans toi est plus qu'un défi.
Je sais que tu seras toujours à nos côtés.
Tu peux compter sur nous pour devenir des enragés de la vie.

Adieu Bruno

Catherine

Ce n'était ni un soldat ni un président,
Juste un homme exceptionnel.
Juste un montagnard indomptable qui avait vaincu les plus grandes faces.
Juste un grimpeur hors du commun qui avait dépassé ses limites et s'était associé à la falaise.
Juste un père attentionné, doux et gentil.
Juste un grand ami qui était toujours là quand on en avait besoin.
Il était modeste et rayonnant.
Il connaissait le risque et les falaises du monde.
Il était un père merveilleux et plus qu'un frère pour beaucoup d'entre vous.
Mais il n'avait pas fini sa vie
Il devait emmener Louise à la vallée blanche et Capucine à la via ferrate de Chambrousse, Devenir champion olympique de natation, Grimper, faire de l'alpinisme.
et finir de danser sur la montagne comme il le faisait
et tant d'autres choses encore
Mais nous lui pardonnons d'être parti sans prévenir car on le lui doit bien.
Sans oublier que ta famille et tes amis te manqueront
Nous nous rappellerons de ton allergie au casse pieds.
Tu étais juste un père et un ami nommé Bruno
Celui qui a ouvert pour sa famille :
Les 1er pas d’Elsa
Bille de clown
La Vita Bella
Dansons la capucine

Tu n’as fait que partir en dansant avec le rocher comme tu l'a toujours fait.
N'oublie pas de revenir pour ton billet destination Londres
A bientôt sur les grandes faces, danseur de la falaise
Alors comme tu le disais si bien tu n'es pas mort car si tu le dit à un cheval de bois il te donne un coup de pied.
Tu resteras dans nos cœurs
Qui d'autre que toi sait être à la fois un père un ami un grimpeur un alpiniste et un montagnard aussi bien que toi
Même si ces mots sont pauvre face à la hauteur de ta vie il faut continuer sur ce que tu nous as laissé sur ta voie celle de danseur des falaises
A bientôt dans nos cœurs papa
Adieu danseur des falaises

Chloé Martel

On devait te faire la surprise ;
Se trouver plein, autour de toi
T’as 50 ans, faut fêter ça !
Tu t’fais discret ?, on est tous là !

La discrétion ? Ton truc à toi !
Tu nous as laissé de belles voies
« Monsieur Bruno », force le respect
mais tu ne l’as jamais cherché !

Assurément un homme d’action
tu sais parfois prendre position
T’encombres pas les discussions
Mais tu maîtrises les maillons,
Là où d’autres perdent d’avance
Toi tu choisi le bon sens !

Ton seul effroi que je connaisse
C’est l’eau qui impose traverse
Des palmes tu es pourtant dotées
Mais tu ne les a pas aux pieds !

Un peu rustique en apparence
Cache gentillesse, assure présence
Tu évolues dans la rudesse
Mais tu es un puits de tendresse

Catherine nous appelle « les Brunos » ;
J’ n’aime pas le mettre au singulier ;
30 ans d’aventures sportives et pros
ça créé des liens d’complicité.

Groenland, Jorasses et Droites
De multiples sommets à la hâte
Nous sommes toujours bien rentrés
Heureux de ce plaisir partagé !

Ce que je perds et qui rend triste
Ce que cherche chaque alpiniste
Cette harmonie dans la cordée
Parfaite symbiose et fluidité

Je ne sais en qui tu crois,
Mais je sais quels sont tes choix,
Et toujours les accorderas
Avec les valeurs que tu as.

Des valeurs trouvées la haut ? :
honnêteté, sincérité,
Engagement, fidélité
Peu importe si « désuet »

La mode ne guide tes idéaux !
Durant toute ta jeunesse
Pas un amour qui naisse
A la fois ça nous inquiétait
Mais content de pouvoir compter
Sur un ami toujours motivé

Puis Cathi, tu m’as presenté
Je suis surpris mais rassuré
Une belle cordée de l’union née
Et quelle famille vous avez fait !

Je n’oublierai pas mon rôle
Dans ton parcours professionnel
Il a été exceptionnel
Même s’il se termine à Crolles

On n’empêchera jamais les rochers
Un jour de se décrocher
Tu as toujours été prudent
C’était un jour de mauvais vent

Continue à nous faire rêver
Mon Bruno, repose en paix !


Bruno Lambert

Bruno, à la question de savoir pourquoi cette envie irrésistible de grimper les montagnes, ta réponse aurait pu être celle de Mummery : « parce qu’elles sont là ! »

A ta gentillesse, ton humilité et ton sens du partage hors du commun, j’ajouterais la simplicité. Cette faculté de rendre les choses compliquées ou impossibles accessibles à tous par ton investissement permanent. En témoignent ceux qui t’ont côtoyés : tes proches, tes copains ou tes collègues.

L’escalade m’a permis de te rencontrer. Malheureusement trop peu. Je garderai à jamais le souvenir de te voir crapaüter dans le monde de la verticalité avec une aisance si particulière. Enchainer les longueurs, te voir sortir de pas foireux avec le sourire, renoncer, et sitôt revenu sur le plancher des vaches ne pas la ramener, ne pas se plaindre, ne pas critiquer. Quelle leçon de vie !

Adieu l’artiste. Longue vie dans nos cœurs. Toutes mes pensées à Catherine, Chloé, Louise et Capucine.

Gilles.

Les premiers mots qui viennent c'est «non pas lui ! Impossible ! Pourquoi ? »
Reinhold Messner a écrit « La montagne n'est ni juste, ni injuste. Elle est dangereuse ».
Et qui mieux que Bruno le savait, lui qui l'avait choisie comme passion et même comme quotidien, lui qui voulait la faire découvrir au plus grand nombre.
On pouvait penser qu'il la connaissait bien cette montagne, belle mais sauvage, attirante mais redoutable. La connaitre oui, la dompter non.
Nous retiendrons de Bruno son énergie, sa générosité sans limite, sa bonne humeur.
Il nous manquera.

Catherine, Chloé, Louise et Capucine, nous pensons tous très fort à vous.

Cyril, Emilie, Léane et Maël

Ta passion était d'escalader les montagnes.
Elle a décidé de t’emmener au delà de ses sommets.
De là-haut tu auras toujours un œil protecteur sur Catherine, Chloé, Louise et Capucine.
Ta gentillesse, ta lucidité et ton dévouement nous manquerons.
Nous n'oublierons jamais les moments (trop court) passés à tes cotés en famille ou en ski.

Au revoir Bruno

Valérie et Marcel.

Ayant intégré le club récemment, je n'ai pas eu l'occasion de te rencontrer, mais ton humble notoriété était physiquement et unanimement bien présente.
Celui qui à marqué le coeur des Hommes a touché à l'éternité. Bruno, d'après ta réputation, tu es un homme de cette trempe la !!!
Notre bienveillance accompagnera désormais ta famille.
Repose en paix.

Alexandre.

    Mars 2006, Bréda Roc est créée afin d'accompagner le projet de mur d'escalade à Allevard. Je rencontre alors un grand mec balaise qui se propose pour nous aider, ce n'est pas un inconnu car sa réputation de grimpeur émérite l'a précédé. Sa première poignée de main je m'en souviens, une main immensément grande. A partir de là s'écoulent 3 années et demi avant d'avoir un mur ouvert au public, le temps d'une belle aventure avec BrunoAu début je le trouvais un peu sobre en paroles, mais ses mots toujours pertinents n'en raisonnaient que mieux, et son sourire remplaçait les phrases inutiles. Sa compétence et son implication indéfectible sont rapidement devenues le premier pilier de ce mur.  Nous avons passé de nombreuses heures à matérialiser une vision du mur et du club, beaucoup de discussions, de réunions tardives, de rencontres, d'échanges, de séances d'équipement interminables, ... C'était un plaisir de côtoyer quelqu'un d'une telle gentillesse qui avait la modestie d'une force tranquille et donnait tellement de lui-même pour partager une passion de l'escalade qu'il vivait comme un rêve d'adolescent.

    Aujourd'hui, de nombreux grimpeurs petits ou grands, débutants ou chevronnés bénéficient de l'investissement de Bruno pour la collectivité. Je ne peux m'empêcher de penser que son accident a peut-être évité à plusieurs personnes de subir le même sort un dimanche de pleine affluence. Cela ne console  en rien mais donne un certain sens a son engagement. Je préfère rester sur le souvenir de la fameuse "tyrolienne à Bruno", sur le souvenir d'un regard ami. La montagne créé des amitiés, mais elle reprend parfois ses droits, elle révèle aussi des personnalités exceptionnelles comme celle de Bruno. Je te garde précieusement dans ma mémoire. Pour l'heure nos pensées avec Claire vont vers Catherine, Chloé, Louise et Capucine.

Claire et Fred

Bruno tu étais exemplaire de par ton dévouement, ta gentillesse, ton calme, ton humilité. Aujourd'hui ma peine est grande et je pense à tes proches.
Un grand merci pour ce que tu nous as apporté à tous. Ton souvenir restera en nos coeurs pour longtemps.

Christophe.

Putain de montagne!
Il y a des moments où l'on voudrait foutre en l'air ces maudits tas de cailloux.
Et l'impuissance nous rattrape.
La montagne a emporté Bruno,
la montagne a emporté une autre montagne.
Un géant hors norme que les jeunes du club surnommait affectueusement "le mutant".
Mais derrière cette force physique impressionnante se cachait une générosité immense,
un amour profond de la vie et du mouvement, en toute simplicité.
Bruno c'était un large sourire sur deux larges épaules et le cœur sur la main (et quelles mains!)
Bruno et Cathy c'étaient le courage et l'amour,
qui imposaient naturellement respect et admiration.
Bruno n'est plus, mais sa force d'âme et sa flamme intérieure resteront un guide et un exemple pour ses proches.
Cathy, Chloé, Louise et Capucine, nous vous embrassons très forts.
L'amour que vous avez reçu ne pourra jamais mourir.
Adieu Bruno, adieu l'ami.
Putain de montagne.

Anne, Pierre, Thomas, Lucile, Simon, Arno, Romane et Marilou.

A Bruno,
Tu as su partager ton amour de la montagne, donner la possibilité aux plus fragiles de participer, de décrocher la montagne.
Merci,
ton action continue, tu es dans nos cœurs.

Les enfants et familles de Loisirs Pluriel

La mort t'a entrainé dans ton dernier voyage, ta dernière ascension.
Mon oncle, mon parrain la vie t'a été arrachée trop vite.
Tu étais pour nous un modèle de vie, un exemple à suivre. Il nous reste tous ces instants de vie et tous ces souvenirs qui alimenteront nos jours.
J'aimerais tellement revenir en arrière pour revivre une journée à tes cotés, j'aimerais me souvenir de ces journées de ski, de ces promenades, de ton énergie, de ta bonne humeur, de ta force et de ce sourire sur ton visage.
J'aimerais particulièrement soutenir Chloé, Louise, Capucine et Catherine, je vous aime tellement.
Soyez fortes, nous serons toujours avec vous pour vous entourer de notre soutien et de notre amour.
Bruno tu laisses une plaie dans nos cœurs qui ne se refermera jamais tout à fait.
La vie est éphémère mais notre amour pour toi est éternel.
Nous ne t'oublierons pas
Nous t'aimons à jamais

Elsa

SES MAINS.
SON APPETIT
SA GENTILLESSE
SA « DAUPHINE-ITE »
VOTRE COMPLICITE
LES PREMIERS PAS D’ELSA
QUE DE BONS SOUVENIRS QUE NOUS AVONS TRESORISES
Il donnait envie d’être son copain, nous l’avons été, un peu, pas assez…

Eric et Isabelle

On a envie d’hurler, mais ce serait sans écho
Pardonne-nous Bruno, de dépenser tant de mots
Comme tous les grands montagnards, tu connaissais la valeur du silence, la mesure de la juste parole
Le sens de la discrétion, sans bavardage
J’entends ton rire, repousser nos phrases naïves
Tu étais bien au-delà de tout ça

A nous tous, tu as révélé ce que décrocher une montagne signifiait, par ta simplicité et ta grandeur d’âme sans égales
Nous poursuivrons notre chemin, au mieux, en nous inspirant du message que tu nous as transmis
Savoir donner, sans compter ni penser au lendemain
Et puis aimer la vie comme on cultive un jardin
Du rocher à la terre, avec comme seul trait d’union l’amour des autres
Aimer la vie, puissamment, aussi belle que les voies que tu as ouvertes

Catherine, Chloé, Louise et Capucine, nous serons toujours à vos côtés, avec simplicité et affection.

Au nom de tous les amis de Bruno, au sein de D’croche-moi la montagne


Aucun commentaire: